FABIEN VIENNE
architecte, modélateur, urbaniste
 

go to english versiona

fabienmarkerNé en 1925 à Paris, Fabien VIENNE, architecte, modélateur et urbaniste, formé à l'école des Arts-Appliqués, a suivi toute sa vie un parcours moderne atypique qui l'a mené de la conception de meubles à l'urbanisme en passant, entre autres, par la mise au point de systèmes constructifs, la réalisation « d'objets » architecturaux singuliers, la conception de scénographies et l'invention de jeux de construction.

Cette versatilité porte, au fond, la marque d'un infatigable travail d'investigation, d'une curiosité toujours renouvelée et l'exigence d'un créateur pour lequel la modernité est aussi un art de vivre et de questionner la société. Fabien VIENNE a 20 ans à la Libération. Au choc provoqué par la guerre et ses remises en questions succède pour lui la découverte du Mouvement Moderne et de quelques-uns de ses « hérauts » français. En effet, recruté par Jean Bossu, ancien collaborateur des années puristes de Le Corbusier, il participe à ses cotés au vaste chantier de la Reconstruction et se retrouve propulsé au cœur de la modernité française : il travaillera ensuite pour Lods, Hermant, Nelson, et côtoiera Le Corbusier, Prouvé, Perriand, Perret, Hanning, Miquel, etc. Cette rencontre décide de son engagement en architecture. Et, à l'image de ses prédécesseurs, il se formera sur le tas, dans l'expérience concrète des chantiers de la Reconstruction et du travail en agence.

Au début des années cinquante, il s'installe à La Réunion (Océan Indien) pour suivre les chantiers de Jean Bossu et y monter une agence locale. La tâche est immense, les moyens encore limités, le travail abondant. Cette aventure outre-mer le marque profondément et, à son retour en métropole, il fonde sa propre structure, la SOAA, coopérative d'architecture toujours en activité, au statut en accord avec sa vision de l'existence et des rapports humains.

La singularité du parcours de Fabien VIENNE, s'accompagne d'une production tout à fait unique en France à cette époque. En effet, n'étant pas diplômé (jusqu'en 1977), il échappe presque intégralement à la production publique de masse des années de la Croissance. Ses commandes proviennent principalement de maîtres d'ouvrage privés, très souvent des entrepreneurs, avec lesquels il va nouer des relations durables qui dépasseront bien souvent les simples rapports professionnels. Dès lors, loin des normes et des habitudes qui se mettent en place dans la production de masse de logements, il explore pour ses commanditaires, ou lui-même, des pistes que ses confrères négligent ou ignorent, faisant preuve d'une capacité d'adaptation et d'invention remarquable. Ainsi, par exemple, il met au point un système constructif souple, varié et économique pour construire, par centaines et de toutes tailles, des maisons en bois à La Réunion (système EXN, encore utilisé aujourd'hui). Or, ce système, véritable réussite industrielle, est lui même l'héritier de plusieurs recherches et réalisations antérieures, à l'exemple du système Trigone (1968), utilisé pour la réalisation de villages de vacances (Val d'Yerres, 1971). De même, il conçoit un village entier de maisons modernes en bandes, installées dans la pente, dans un site ou l'époque n'aurait imaginé que des barres ou des tours (Notre-Dame de la Garde, La Ciotat, 1968). Pour un fabriquant de mobilier, il conçoit une gamme complète de meubles dessinés sur une base modulaire permettant de les concevoir comme les pièces complémentaires, cousines et articulées d'un ensemble cohérent, tant sur le plan formel que sur celui de la production et de l'usage (COX, 1969-1974).

Cette faculté d'adaptation s'exprime à la fois par la variété des échelles abordées au cours de sa carrière (depuis l'objet jusqu'au plan d'urbanisme) et par la palette des programmes auxquels il s'est confronté (maisons, écoles, bureaux, usines, hôtel, centre de soin, universités, logements collectifs, etc.). Elle s'exprime surtout par la diversité et la pertinence des réponses architecturales apportées.

Enfin, au-delà de ce qui rapproche Fabien VIENNE des autres architectes modernes de sa génération, la singularité de sa production se fonde essentiellement sur un amour de la géométrie et sur le principe d'économie. En effet, la géométrie est pour lui bien plus qu'un simple outil de composition mais l'expression, quasi philosophique, d'une manière de comprendre le monde et d'exprimer ses lois. Quand au principe d'économie, il ne doit pas être compris de manière étriqué comme une vision simplement comptable de l'art de bâtir. Au contraire, il exprime chez lui une recherche de ce qui est essentiel dans une réalisation, la tentative de révéler ce qui fait l'essence d'une production.

Xavier DOUSSON - février 2007
architecte dplg, chercheur, enseignant

présentationa

logementsa
bâtimentsa
urbanismea

expositionsa
mobiliera
objetsa
graphismea

jeuxa
géométriea
dessina

systèmesa

biographied
contacta
pdfrda
pdf télécharger la biographie complète au format pdf (148 ko)